LA SURVEILLANCE AUX MEILLEURS PRIX !

Swipe to the left

Espace Camera

L’horticulteur piège son cambrioleur grâce à un traceur GPS dissimulé

ParNils GIRARD il y a 3 ans 4493 Vues Pas de commentaires

En direct Sur BFM TV le 14-01-2014

ParNils GIRARD il y a 3 ans 5008 Vues Pas de commentaires

Espace Camera sur M6 au JT 12h45 le 12 Janvier 2014

ParNils GIRARD il y a 3 ans 3976 Vues Pas de commentaires

Le Progrès du 05/01/2014 RHÔNE. Des gadgets d’espion sont aujourd’hui à la portée de tous

ParNils GIRARD il y a 4 ans 4364 Vues Pas de commentaires
Publié le 05/01/2014 à 00:04 Vu 8108 fois

RHÔNE. Des gadgets d’espion sont aujourd’hui à la portée de tous

 

Toute une panoplie de matériel d’espionnage est maintenant très accessible aux particuliers.

Montre, stylo, lunettes, etc.  Photo Sébastien Jullien

Montre, stylo, lunettes, etc. Photo Sébastien Jullien

Longtemps réservées aux professionnels, les technologies d’espionnage et de surveillance miniaturisées investissent aujourd’hui le quotidien des particuliers.

Caméras miniatures, judas connectés, traceur GPS… Depuis quelques années, le commerce des technologies d’« espionnage » n’intéresse plus seulement les professionnels. Si les commerçants continuent de s’équiper (davantage pour surveiller leurs propres employés que pour veiller au vol à l’étalage), 80 % des clients de la boutique Espace-Caméra sont désormais des particuliers, comme l’explique Nils Girard, son gérant.

Le symbole d’une société meurtrie par une conjoncture économique délicate

« Il y a un an, je vendais 50 % aux entreprises, gendarmerie, police, commerçants… Si les produits professionnels sont de plus en plus demandés, notamment les systèmes de vidéosurveillance après les récents braquages, aujourd’hui, ce sont plus les salariés qui s’équipent ».

Symbole d’une société meurtrie par une conjoncture économique et sociale délicate, il s’agit d’abord pour beaucoup de garder une trace de leur entretien professionnel annuel ou de leur entretien préalable à un licenciement. Pour les autres, c’est un moyen de surveiller une nounou ou une femme de ménage à domicile, de garder un œil sur un parent âgé fragile ou malade ou bien encore de suivre les déplacements d’une personne grâce à un traceur (tracker) placé sous la voiture. Et contrairement aux idées reçues, les clients ne sont pas des détectives privés aguerris que l’on pourrait imaginer. Les profils sont aussi divers que les situations l’imposent comme nous avons pu le constater de notre matinée passée discrètement dans la boutique de Nils Girard (Lyon 6e ). Un trentenaire venu se renseigner sur un discret enregistreur audio miniature pour sa femme souhaitant surveiller son entreprise engagée dans un plan social, une businesswoman quinquagénaire désireuse d’équiper un véhicule d’un traceur pour suivre une personne, deux voisins se renseignant pour installer des caméras dans leurs appartements après des cambriolages dans l’immeuble…

Nul besoin d’être un technicien doublé d’un geek pour apprivoiser et utiliser ces technologies très simples d’emploi. D’autant que les prix n’ont plus rien de prohibitif : 400 € pour l’un des best-sellers, un traceur assurant plus de trois mois d’autonomie contre 60 € pour un stylo caméra HD ou 97 pour une montre caméra HD avec vision de nuit.

Sébastien Jullien

l'article en direct ici

Espace Caméra sur le Petit Futé le 11/12/2013

Par il y a 4 ans 3745 Vues Pas de commentaires

petit futé


L'avis du Petit futé sur ESPACE-CAMERA.COM :


Qui n'a pas rêvé de se transformer en espion, d'avoir à sa disposition tout le matériel high-tech que l'on peut voir dans les films ou dans les émissions de caméra cachée ?

Nils Girard, authentique Lyonnais selon nos renseignements, est un homme entreprenant. Pionnier de la distribution automatisée de cassettes vidéo dans les années 1990, il revient aujourd'hui dans sa ville d'origine pour ouvrir la première boutique consacrée au matériel d'espionnage et de télésurveillance.

Disons de suite que l'utilisation de tous les produits vendus dans cette boutique est légal (même s'il convient de respecter la vie privée) et ne s'adresse pas aux « voyeurs », mais à celles et ceux qui veulent savoir, conserver des preuves réelles ou garder le contact avec certaines personnes : détectives privés, Police Nationale, installateurs de vidéo-surveillance et... tous les lecteurs curieux
du Petit Futé.
Chez Espace-Caméra.com, Nils propose du matériel très sophistiqué en provenance de Taïwan et de Corée du Sud : traceurs pour tout localiser (enfants, personnes à la mémoire déficiente, animaux, voitures et même des clés...), micros (dont une étonnante multiprise espion GSM) et caméras espions, brouilleurs, boîtes noires pour véhicules... Chaque appareil fait l'objet d'une démonstration sur place, mais peut être également configuré à distance.

Une nouvelle adresse surveillée de près et recommandée par le Futé.


Lien vers l'article

Journal Télévisé de France 3 sur l'espionnage en entreprise

Par il y a 4 ans 3221 Vues Pas de commentaires

Nous tenons à remercier France 3 qui parle de nous .

 

Espace Caméra sur TLM le 21/03/2013

Par il y a 4 ans 2313 Vues Pas de commentaires

Nous tenons à remercier Télé Lyon Métropole pour son reportage .

 

Espace Caméra sur Radio Jazz le 06/03/2013

Par il y a 4 ans 2280 Vues Pas de commentaires

Ca Jazz à Lyon

 

 Interview réalisé dans les locaux de Jazz Radio Lyon, sur les produits d'espionnage à la mode aujourd'hui.

 

Espace Caméra sur Lyon Mag le 06/03/2013

Par il y a 4 ans 2064 Vues Pas de commentaires

Lyon Mag

Nils Girard, dirigeant d’Espace-Camera à Lyon : “Notre produit phare ? La multiprise espion !”

Nils Girard, le dirigeant d’Espace-Camera.com à Lyon était l'invité ce mercredi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

Vous avez ouvert depuis quelques mois le premier magasin qui se revendique de matériel d’espionnage de Lyon dans le 6e arrondissement.Il y a une vraie demande des particuliers lyonnais pour ce genre d’appareils ? "Il y a pas mal de demande parce qu’on trouve souvent ces produits sur Internet mais on ne peut pas les toucher et voir la qualité".

On parle de produits d’espionnages mais quels sont ces produits ? "Cela va de la montre avec une caméra qui doit faire moins d’un millimètre à l’intérieur en passant par des produits qui vont avoir beaucoup plus d’autonomie comme des réveils qui permettent de filmer jusqu’à huit heures en continu".

Quels sont les gammes de prix ? "Sur un traceur, cela va de 109 euros jusqu’à 280 euros. Il y en a pour toutes les bourses". 

Quels sont les produits les plus demandés ? "Actuellement, c’est surtout la multiprise espion, c'est-à-dire que c’est un micro espion qui est caché à l’intérieur d’une multiprise. Vous mettez une puce de téléphone portable à l’intérieur et vous appelez le numéro de la puce et vous entendez tout ce qu’il se passe à trois ou quatre mètres autour".

C’est pour espionner sa compagne ou la nounou des enfants ? "D’un point de vue légal, je dirais que les gens ont le droit de mettre une multiprise chez eux pour par exemple surveiller leurs enfants. Après, je ne peux pas contrôler les gens car il y en a qui me dise qu’ils vont l’utiliser dans des moyens plus ou moins légales".

La loi est très stricte en ce qui concerne la vie privée et le droit à l’image. C’est des choses que vous dîtes à vos clients ? "Bien sûr ! Il faut savoir qu’il y a eu une jurisprudence l’an dernier par rapport à une nounou qui a été filmée à son insu".

En effet, les faits avaient eu lieu à Couzon au Mont d’Or. Cette nounou avait été filmée à son insu par des parents qui estimaient peut-être qu’il y avait des mauvais traitements de sa part. Finalement, les parents avaient été relaxés. "Cela a fait jurisprudence car la décision a été prise par le jury. Mais les parents ont quand même relativement confiance.Souvent, ils passent pas mal de temps avec elle pour voir comment elle fonctionne avec les enfants".

Pour quels autres types de pratique vient-on vous voir ? "La surveillance des magasins et des petits commerces qui se font braquer sans savoir qui le fait vraiment et qui n’ont pas énormément de moyen. Vu que nous sommes sur Internet également, nous pratiquons des prix abordables pour tout le monde. Après on a des personnes qui se font harceler sur leur lieu de travail et qui n’arrivent pas à démontrer qu’elles se font harceler car c’est très dur à prouver. Avec des produits comme les montres, elles peuvent arriver à avoir des images, et au niveau du pénal c’est accepté par les juges".

Quels sont les profils des clients qui viennent dans votre magasin ? "Il y a de tous les âges. Il y a des couples qui veulent se filmer dans certaines situations… On a des détectives privés qui s’équipent chez nous après il y a des particuliers qui veulent une petite caméra pour filmer s’ils se font agresser dans la rue ou qu’ils ont un problème".

Cette envie d’espionner, d’où vient-elle ? "C’est un ensemble de choses, c'est-à-dire qu’aujourd’hui nous sommes de plus en plus individualistes. C’est pas que nous faisons moins confiance aux autres, c’est que chacun se renferme sur soi-même et ne veut pas prendre des risques pour les autres". 



 Lien vers l'article

Espace Caméra sur Les Grosses Têtes avec Philippe Bouvard le 18/02/2013

Par il y a 4 ans 2184 Vues Pas de commentaires

Les grosses tetes

 

 Interview dans les Grosses Têtes avec Philippe Bouvard dans "La Lanterne" sur les produits d'espionnage.

 

Espace Caméra sur Direct Matin le 13/02/2013

Par il y a 4 ans 1728 Vues Pas de commentaires

Mercredi 13 Février 2013 - 6E Arrondissement - Par Alain ROUSSET

L'ESPIONNAGE A PORTEE DE MAIN:

Nils GIRARD Devant le Magasin qu'il vient d'ouvrir Cours Lafayette à Lyon.

Il n'existait pas encore à Lyon de boutique dédiée à la vente de matériel High Tech de télésurveillance et d'espionnage.C'est désormais chose faite avec l'implantion d'espace-camera.com" au 293, Cours Lafayette (6eme).

Dans cette Boutique ouverte par Nils GIRARD, les "Apprentis, James BOND" trouverons des traceurs, des micros et des caméras espions, des boîtes noires."Je souhaite apporter la sécurité à des prix abordables en respectant la législation et je refuse de vendre certains produits intrusifs", precise celui qui touche aussi bien les particuliers que les entreprises... et même la gendarmerie !

WWW.LYONPLUS.COM


espace camera sur direct matin   

Espace Caméra sur Le Progrès le 11/02/2013

Par il y a 4 ans 1951 Vues Pas de commentaires

Lundi 11 Février 2013 - 5 et 6E Arrondissement - Par Alain ROUSSET

Nils GIRARD crée le premier magasin de matériel d'espionnage à Lyon

Insolite : Dans la boutique située au 293 cours la fayette, particuliers et professionnels peuvent dénicher le matériel high-tech utilisé dans la télésurveillance et l'espionnage.

 

A 38 ans, Nils GIRARD n'en est pas à son coup d'essai : dans les années quatre-vingt-dix, il a été le pionnier de la distribution automatisée des cassettes vidéo à Lyon. Aujourd'hui, sous l'enseigne Espace-Camera.com, il vient d'ouvrir le premier magasin de matériel d'espionnage de la région.
Au tournant de l'an 2000, il n'a pas hésité à s'expatrier malgré son attachement à Lyon où sa famille est implantée depuis longtemps (une rue porte d'ailleurs le nom de son grand-père "Marcel Gabriel RIVIERE", héros de la Grande Guerre). Il passera un an à Singapour pour le compte d'un importateur lyonnais, puis il partira à Tahiti où il créera une entreprise de vente de produits high-tech. Il y restera dix ans et y rencontrera son épouse Titaina. En 2012, il revient à Lyon pour concrétiser son nouveau projet.
Il vend des produits sophistiqués venant de Taiwan et de Corée du Sud : des traceurs pour tout localiser (voitures,animeaux,enfants, personnes ayant perdu la mémoire...), des micros et des caméras espions,des brouilleurs, des boites noires pour voiture (comme pour les avions)...
"Chaque appareil fait l'objet d'une démonstration sur place, mais je peux aussi les configurer à distance", indique Nils. Et d'ajouter: " Je souhaite apporter la sécurité à des prix abordables en respectant la legislation et je refuse de vendre certains produits intrusifs."
Particuliers et entreprises s'adressent à lui, mais aussi la gendarmerie qui lui a demandé de la fibre optique avec une camera au bout pour filmer sous les portes.


Le Progrès de Lyon. Article du 11/02/2013


espace-camera sur le progrès